Réussir le concours de Bibliothécaire d’État externe : le témoignage de Camille

Lauréate du concours de Bibliothécaire d’État externe en 2022, Camille a accepté de partager son expérience avec nous.

  • Quel a été votre parcours avant ce concours ?

Après mon obtention de l’agrégation d’anglais, j’ai enseigné en lycée pendant six ans. Je n’ai jamais travaillé dans une bibliothèque ; ma seule expérience professionnelle proche de ce domaine, c’est que pendant ma deuxième année de master, j’ai été chargée d’un cours « Info-doc » pour des étudiants de licence.

  • Quelles ont été vos motivations pour préparer ce concours ?

Je ne me voyais pas faire le métier d’enseignante toute ma vie, et j’ai toujours admiré les personnes qui ont eu plusieurs expériences professionnelles dans leur parcours. Initialement, je comptais essayer d’obtenir un poste dans l’enseignement supérieur, en classe préparatoire aux grandes écoles ou à l’université, mais c’est difficile à obtenir (mes premières démarches entreprises dans ce sens ont été infructueuses). De plus, je me suis rendu compte que j’avais envie de changements plus profonds que cela. J’ai eu l’idée de me reconvertir dans le domaine des bibliothèques (en partie grâce à des entretiens avec une conseillère ressources humaines à l’Éducation nationale), mais j’ai décidé de ne passer que les concours d’État, pour travailler dans une bibliothèque universitaire et ainsi retrouver un public étudiant.

  • Aviez-vous une expérience préalable en bibliothèque  ?

Non, je n’ai pas d’expérience du terrain !

  • Comment vous êtes-vous organisée pour cette préparation ? Avez-vous planifié vos révisions ? Quelle quantité de travail hebdo ou mensuelle (approximativement ?)

J’ai eu la chance d’obtenir un congé de formation professionnelle de 10 mois, donc j’ai pu me consacrer complètement à la préparation du concours. J’ai commencé à travailler plutôt sérieusement dès l’été, avec des lectures de culture générale et grâce aux ressources d’initiation au métier sur la plateforme Moodle de la formation CF2ID. Chaque mois, j’étudiais les documents d’un nouveau module, mais ce n’est pas l’initiation métier qui me prenait le plus de temps : comme je passais les concours externes, je devais surtout me concentrer sur la culture générale, donc j’ai beaucoup lu. J’aurais du mal à dire combien d’heures je travaillais par semaine ; comme c’était mon unique travail, cela représentait au moins 35 heures hebdomadaires, mais comme indiqué plus bas, j’essayais de faire des choses utiles tout au long de la journée… Je n’ai pas vraiment fait de planning au préalable, je cherchais juste à travailler un maximum, je faisais les devoirs blancs quand ils étaient disponibles etc.

  • Quel a été l’apport de votre préparation chez CF2ID ?

La préparation chez CF2ID m’a énormément aidée. En plus de toutes les ressources (vidéos, fiches de cours, bibliographies…) disponibles sur la plateforme Moodle et grâce auxquelles on peut travailler en autonomie, je pense que c’est le suivi des formateurs qui permet de maximiser les chances de réussite. En effet, ils savent ce qui est attendu pour les épreuves et aident vraiment à acquérir la méthodologie. Les corrections personnalisées des exercices et des devoirs blancs ainsi que les oraux blancs sont donc extrêmement utiles pour savoir ce qui va, ce qui a besoin d’être amélioré et comment. Les formateurs sont très disponibles : quand on les contacte pour leur poser des questions (et/ou pour partager nos inquiétudes et nos doutes…!), ils nous répondent très rapidement. Par conséquent, je ne peux que recommander à celles et ceux qui veulent passer des concours et qui ont la possibilité de s’inscrire à une formation chez CF2ID de le faire.

  • Quels sont les conseils que vous formuleriez aux futurs candidats ?

En dehors de la formation chez CF2ID, je pense que ce qui m’a le plus servi, cela a été de suivre l’actualité avec un travail de veille documentaire assez approfondi. Personnellement, j’ai utilisé l’application Feedly sur mon téléphone, afin de m’abonner aux flux RSS de plusieurs sites (des pages gouvernementales, des journaux, des blogs…). Tous les jours, j’avais entre 150 et 200 ressources qui étaient agrégées sur cette application (il y en avait moins le weekend ce qui était agréable…!). Je passais la liste en revue et je sélectionnais les articles qui me semblaient les plus intéressants à lire (généralement une vingtaine par jour) : je les lisais, et je prenais des notes. Cela me faisait des fiches de révisions très utiles en vue des épreuves (beaucoup de mes exemples à l’écrit comme à l’oral sont venus de ce travail). C’était chronophage (je pense que j’y passais en moyenne deux heures par jour, donc il fallait vraiment que je le fasse tous les jours car sinon j’accumulais du retard et cela devenait compliqué…), mais intéressant et très utile.

L’autre conseil que je donnerais aux futurs candidats pour bien suivre l’actualité, c’est d’écouter la radio pendant tous les temps « morts » de la journée. Personnellement j’ai écouté des centaines d’émissions, en grande majorité sur France Culture : pendant toutes les corvées ménagères, pendant des trajets etc., j’écoutais des podcasts. Je crois qu’au minimum j’écoutais la radio pendant deux heures chaque jour, et là encore cela m’a été très utile : je prenais des notes des podcasts les plus intéressants pour pouvoir réviser, mais j’ai plutôt une bonne mémoire auditive donc aux oraux j’ai pu utiliser un exemple que j’avais entendu juste une fois dans une émission de France Culture. Il ne faut pas hésiter non plus à regarder des documentaires ou aller au musée : là encore, cela m’a donné des exemples pour les épreuves. Enfin, j’ai suivi plusieurs conférences / tables rondes organisées par des professionnels des bibliothèques (la Bibliothèque publique d’information en organise souvent par exemple) : elles sont la plupart du temps disponibles en ligne ce qui est pratique, et je pense qu’elles permettent d’avoir une bonne idée des préoccupations actuelles et des évolutions dans ce milieu professionnel.

Nouveauté pour les concours d’assistant de conservation du patrimoine et des bibliothèques

Bibliothèques, archives, musées, documentation, vous pouvez désormais préparer chacune de ces spécialités chez CF2ID. En 2022 notre équipe s’agrandit de 3 formatrices et formateurs (que nous vous présenterons bientôt) pour ouvrir la préparation des concours d’assistant de conservation du patrimoine et des bibliothèques et de bibliothécaire territorial à toutes les spécialités.

Plus d’informations sur nos préparations.

Archives, Bibliothèques, Musées, Documentation

Notre formation à la gouvernance des données en infographies

Notre formation à la gouvernance des données « Construire son référentiel Arcateg™ en 10 étapes » vous permettra d’améliorer la maîtrise des risques informationnels de votre organisation. Le cœur de la méthode est son référentiel de 100 catégories de conservation prédéfinies qui permet de classer l’exhaustivité des documents et des données engageants.

Lire la suite

Du grade d’adjoint à la réussite au concours d’attaché d’administration, le parcours remarquable de Vincent

C’est en 2015 que nous avons fait la connaissance de Vincent Kuznicki. A l’époque il était adjoint territorial du patrimoine et souhaitait se préparer aux concours d’assistant de conservation du patrimoine et des bibliothèques, de rédacteur territorial et d’animateur territorial. Il a réussi ces trois concours la même année puis progressé dans les grades de la catégorie B avec les examens professionnels.

En décembre 2021, il est lauréat du concours d’attaché territorial d’administration – spécialité animation. Il témoigne pour CF2ID.

  • Quel a été votre parcours avant ce concours ?

Diplômé d’un DESS de Droit et politiques des professions et activités artistiques et d’une maîtrise d’histoire de l’art, j’ai été recruté pour travailler à la direction culturelle de ma collectivité territoriale (commune de 50 000 habitants) suite à des CDD puis à ma réussite au concours d’adjoint principal du patrimoine.

Quelques années plus tard en tant que responsable des publics de différents services patrimoniaux, souhaitant évoluer professionnellement, j’ai réussi grâce à CF2ID à devenir assistant de conservation, mais également rédacteur et animateur territorial. Par peur d’échouer à ces concours de catégorie B j’avais tenté les trois, et j’ai finalement choisi de devenir rédacteur dans l’espoir d’avoir davantage de perspectives professionnelles notamment dans la culture en tant que spécialiste de la médiation, diffusion, valorisation, mais également en tant qu’administratif dans le domaine culturel.

Puis, toujours grâce à CF2ID surtout pour la préparation des épreuves orales, j’ai obtenu mes examens professionnels de rédacteur principal de 2e classe puis de 1ère classe. Souhaitant faire valoir mon expérience professionnelle en tant que responsable adjoint d’un autre service patrimonial, j’ai alors décidé de tenter le concours d’attaché territorial que j’ai réussi grâce encore à l’expertise, aux conseils et à l’indéfectible soutien de CF2ID !

  • Quelles ont été vos motivations pour préparer ce concours ?

Mes motivations reposaient sur l’envie d’être investi de plus de responsabilités surtout dans le domaine culturel. Je souhaitais en effet assumer davantage de missions de conception et de mise en œuvre des politiques culturelles, mais aussi prendre une part plus importante au développement et l’animation culturelle ; tout cela, sans oublier le souhait d’une reconnaissance de mon expertise des publics et de la démocratisation culturelle, et dans la mesure du possible, d’opportunités de mobilité au sein de différentes collectivités mais toujours au profit du service au public.

  • Comment vous êtes-vous organisé pour cette préparation ?

Sans travailler continuellement, je n’ai toutefois jamais arrêté de m’informer depuis une quinzaine d’années sur le patrimoine, la culture, la culture territoriale, la fonction publique… Avec patience et persévérance, entre les concours d’adjoint et de rédacteur, mais aussi les examens professionnels (plus abordables que les concours et permettant de garder confiance en moi), la régularité m’a permis de tenir et de réussir ce concours d’attaché. De plus, la lecture de l’actualité (survol quotidien de La Tribune de l’Art, Localtis et Le Monde) a été fondamentale pour la mise en cohérence de mes connaissances sur l’administration territoriale. Ainsi, avec le temps, le travail a porté ses fruits.

  • Quel a été l’apport de CF2ID ?

CF2ID et moi, c’est une longue histoire, car j’ai toujours fait appel à eux. J’ai d’abord suivi leur formation de catégorie B pour assistant, formation tellement bénéfique qu’elle m’a offert d’obtenir également le concours de rédacteur (et d’animateur). Étant moins à l’aise à l’écrit qu’à l’oral, leur méthode, leurs conseils avisés, leur disponibilité et leur réactivité m’ont étaient d’une très grande aide pour acquérir des automatismes maximisant ma rapidité notamment de lecture dans les épreuves de 3 et 4h.

Par la suite, pour les examens et le concours d’attaché, c’est surtout leur finesse d’esprit qui m’a permis de lécher mes présentations à l’oral (de 5 ou 10 minutes tant sur le fond que sur la forme). La pertinence des questions notamment de mise en situation m’a ainsi assuré de développer un argumentaire élaboré et ordonné ; elle m’a obligé à aborder à la fois un sujet de manière général en le contextualisant, mais également en l’illustrant par des exemples étayés.

Enfin, l’accompagnement individuel, étant un grand luxe, a optimisé plus rapidement et efficacement mes compétences (plutôt que confondu dans une masse hétérogène). De plus, parler à bâton rompu m’a surtout autorisé à avoir toutes les réponses à mes questions. Pour conclure, leur professionnalisme, leur perspicacité, leur bienveillance et leur écoute nourrissent les échanges et permettent de relativiser les pressions qu’on peut s’imposer et de toujours garder confiance en soi.

  • Quels sont les conseils que vous formuleriez aux futurs candidats ?

Je cautionne totalement et recommande grandement CF2ID car outre la formation en distanciel de l’IEP de Lyon, qui est très bien dans une autre mesure, les préparations aux concours du Cnfpt ne m’ont pas apporté l’accompagnement que je cherchais. CF2ID est donc un investissement, mais qui offre de riches perspectives, car ils permettent d’acquérir des réflexes de compréhension et d’exécution se révélant tôt ou tard payants.

D’ailleurs, il ne faut pas baisser les bras, mais croire jusqu’au bout à ses chances de réussite. Faîtes-vous confiance, car si CF2ID est indispensable, il n’est pas responsable de tout , ni de vous !

Loi Bibliothèques, une synthèse

La loi n° 2021-1717 du 21 décembre 2021 relative aux bibliothèques et au développement de la lecture publique a été promulguée au JO ce 22 décembre 2021.

C’est une date historique puisqu’après la loi « Musées » de 2002 et la loi « Archives » de 2008, les bibliothèques « des collectivités territoriales et de leurs groupements » sont désormais entrées dans la loi.

Lire la suite

Se préparer au concours d’assistant de conservation du patrimoine et des bibliothèques : le témoignage de Clémence

Admissible au concours externe de Bibliothécaire territorial et lauréate du concours externe d’Assistant de conservation du patrimoine et des bibliothèques principal de 2e classe, Clémence Macé a bien voulu nous livrer son témoignage.

  • Quel a été votre parcours avant ce concours ?

J’ai effectué des études en arts et en sciences humaines : j’ai une licence d’arts du spectacle (théâtre et cinéma) et d’histoire de l’art ; et un master 2 interdisciplinaire histoire, histoire de l’art, littérature. Parallèlement à mes études, je travaillais en tant qu’étudiante vacataire en bibliothèques (à l’université et au sein d’un réseau de lecture publique) – pour gagner un peu de sous ! Et être un peu indépendante… Mais je m’y plaisais beaucoup ; à tel point qu’à la fin de mon master, je me suis dis que je me voyais bien y travailler de manière plus sérieuse. J’ai donc décider de passer le diplôme de Cadre opérationnel des bibliothèques et des centres de documentation de l’Enssib (formation professionnalisante d’un an, de niveau III).

A la suite de ce diplôme j’ai pu travailler en CDD pendant 4 ans en bibliothèque universitaire (un contrat de bibliothécaire assistante spécialisée et chargée de communication). Et puis… en étant en CDD on est vite renvoyé à la nécessité de passer les concours. Du côté des bibliothèques universitaires (concours d’État), je n’arrivais pas à avoir le concours. Et je sentais que ce n’était pas tout à fait ce que je voulais. Au terme de ce contrat, j’ai réfléchi à ce qui faisait le plus sens pour moi. Et je me suis rendu compte que j’étais plus intéressée par l’accès à la culture pour tous (et pas uniquement pour un public universitaire). J’ai donc choisi de passer les concours des bibliothèques territoriales : j’ai passé la même année les concours de bibliothécaire (admissible) et d’assistante de conservation principal de 2e classe (admise).

  • Quelles ont été vos motivations pour préparer ce concours ?

Un besoin de stabiliser mes choix et surtout d’affirmer mon parcours : le format CDD était une très grande source de stress pour moi (avec chaque année un doute sur la possibilité ou non de renouveler mon contrat). Et puis, en préparant le concours, j’ai découvert tout ce qu’impliquait d’être fonctionnaire : notamment le rôle premier qui est vraiment d’être au service de la population, de répondre à un besoin d’intérêt général (ici un besoin d’accès à l’information, à la connaissance, à la culture) et cela a donné encore plus de sens à ce choix de travailler en bibliothèque publique.

  • Aviez-vous une expérience préalable en bibliothèque et si oui comment l’avez-vous trouvée ?

Oui il y a eu ces deux expériences : durant mes études j’ai réussi à être étudiante vacataire grâce à des candidatures spontanées : aussi bien en université qu’en bibliothèque de lecture publique. Cependant, j’avoue dans les deux cas avoir reçu des soutiens à ma candidature (en Master, un enseignant d’histoire qui m’encadrait pour mon mémoire a soutenu ma candidature) ; en lecture publique, j’avais aussi effectué un stage de deux mois au sein d’un fonds patrimonial, dans le cadre de mon Master… on me connaissait donc un petit peu.

Pour le CDD de 4 ans par contre, c’est vraiment le diplôme de Cadre opérationnel des bibliothèques et des centre de documentation de l’Enssib qui a consolidé mon CV. Très peu de temps après avoir obtenu le diplôme, j’ai répondu à beaucoup d’annonces publiées sur le site services-emploi/stages de l’Enssib. Et j’ai eu une réponse positive assez rapidement.

  • Comment vous êtes-vous organisée pour cette préparation ? Avez-vous planifié vos révisions ? Quelle quantité de travail hebdo ou mensuelle (approximativement ?)

Sur 5 mois j’ai d’abord travaillé le concours de bibliothécaire (4 heures de travail par jour je dirais). J’avais fais un rétroplanning à partir des différents axes de travail présentés sur la plateforme de formation de CF2ID. Je savais que les semaines 1 et 2 j’allais par exemple travailler l’environnement professionnel et les deux semaines d’après un autre thème etc. Chaque jour, je divisais aussi mon temps de travail : un temps dédié à la méthodologie des épreuves ; un temps dédié à assimiler des connaissances (beaucoup de prises de notes, de fiches!).

Même si j’ai été admissible et non admise au concours de bibliothécaire, ce travail préalable a été vraiment bénéfique pour le concours d’assistante de conservation principale de 2e classe. Car ensuite il s’agissait seulement de réviser : révision de la méthode de la note synthèse en m’entrainant cette fois à faire ce travail en 3H (et non 4h comme c’est le cas pour bibliothécaire). Puis une fois l’écrit passé, je dirais que j’ai révisé pendant un mois environ 2-3 heures par jour. J’ai aussi beaucoup regardé parallèlement beaucoup l’actualité professionnelle et culturelle : la Gazette des communes, les titres du site Livre Hebdo, Archimag, Actualitté et puis le Monde etc. J’avais un dashboard très pratique (Netvibes) qui me permettait de balayer en un coup d’œil tous les titres de presse qui m’intéressaient.

  • Quel a été l’apport de votre préparation chez CF2ID ?

Pour l’écrit, chez CF2ID j’ai beaucoup apprécié l’accompagnement personnalisé. Cette formation m’a apportée beaucoup de structure, de cadre, dans mes révisions. Je savais exactement ce qu’il fallait réviser et c’était très ordonné, structuré et ça m’a permis d’avoir les idées claires (la tête pleine mais surtout bien faite !). Au niveau méthodologique j’ai aussi débloqué beaucoup de choses (par exemple pour la note de synthèse, initialement je ne comprenais pas vraiment le but de cet exercice). Et j’ai trouvé aussi absolument super de pouvoir poser des questions quand j’en avais besoin (d’échanger aussi par écrit, par téléphone, ou en visio pour l’oral). Et pour l’oral, la possibilité de s’entraîner, de se sentir aussi soutenue, de voir ce qui est bien ; ce qui est encore à travailler etc. : c’était très précieux.

  • Des conseils pour les futur·e·s candidat·e·s ?

S’organiser ! (le fameux rétroplanning)

Travailler régulièrement (tous les jours sauf le dimanche ! ;))

Avoir une vie équilibrée (essayer de faire du sport, souffler ; ne pas oublier de lire, de voir des choses qu’on aime et qui nous reposent et nous redonnent de l’énergie !)

Ne jamais perdre de vue le pourquoi on passe un concours (si ça a du sens, ça aide beaucoup dans les moments de découragement)

Et puis s’aider d’outils pratiques : le dashboard Netvibes pour avoir une vue générale sur l’actualité (presse générale, presse spécialisée). J’ai trouvé la chaîne YouTube “Fonctionnaire territorial” vraiment bien faite. Et surtout il fait un point régulier sur les questions d’actualité importante pour la fonction publique territoriale.

Merci Clémence

Se préparer au concours d’assistant de conservation du patrimoine et des bibliothèques : le témoignage d’E.

En reconversion professionnelle, E. a préparé et réussi le concours externe d’assistant de conservation du patrimoine et des bibliothèques principal de 2e classe en spécialité Documentation.

  • Quel a été votre parcours avant ce concours ?

Graphiste dans l’édition pendant plus de 15 ans, j’ai suivi la licence professionnelle « Documentation – Métiers de l’audiovisuel » à l’INTD au Cnam à Paris en 2016 afin d’enrichir mon parcours et d’acquérir de nouvelles compétences. Puis, j’ai effectué plusieurs missions en documentation pour des fonds audiovisuels, en explorant diverses facettes du métier de documentaliste (responsable de photothèque, chargée de projet DAM).

  • Quelles ont été vos motivations pour préparer le concours ?

La motivation principale a été de trouver une porte d’entrée aux métiers de la culture et du patrimoine. Les offres d’emploi sont attrayantes. Le concours est un plus quand on postule, on démontre sa motivation.

L’idée de travailler en région me plaisait aussi, quitter la région parisienne. Et un peu la sécurité de l’emploi et la possibilité d’être mobile au sein d’une structure.

  • Aviez-vous une expérience préalable en bibliothèque/centre de documentation (bénévolat, stage…) et si oui comment l’avez-vous trouvée (candidature spontanée, contact personnel, réponse à une offre…)

Lors de ma licence, j’ai fait un stage de 3 mois aux archives historiques d’EDF, qui a été fondateur pour moi. La formation à l’INTD était aussi très solide.

Puis j’ai appris de mes expériences professionnelles, très variées.

Par ailleurs, je réalise une veille assez active et suis investie au sein de l’ADBS, secteur audiovisuel. Le réseau est très important.

  • Comment vous êtes-vous organisée pour cette préparation ? Avez-vous planifié vos révisions ? Quelle quantité de travail hebdo ou mensuelle (approximativement ?)

Je ne suis pas du tout l’élève modèle ! J’ai essayé de planifier, mais travaillant à plein temps, avec le télétravail imposé et les confinements, je n’ai pas toujours trouvé la motivation.

Je me suis appuyée sur le programme CF2ID, les annales, les bouquins de révision… J’ai mis le turbo 4 à 6 semaines (avril-mai) avant la note de synthèse pour les exercices, la méthodologie.

J’ai aussi préparé en parallèle le concours d’adjoint du patrimoine pour me faire une idée de mes capacités à l’écrit (mars) et à l’oral (juin), pour apprivoiser les épreuves. Cela a été très formateur. J’ai pu mieux préparer l’oral pendant l’été, enfin surtout septembre, pour que tout soit frais dans ma tête, notamment ce que je ne connaissais pas du tout (la FPT). Côté métier, je me faisais assez confiance.

  • Quel a été l’apport de votre préparation chez CF2ID ?

Considérable. Que de bons conseils depuis le tout début : pour le choix des 2 concours, le choix de l’option, l’efficacité de la méthodologie, les retours constructifs, les écrits blancs, l’oral blanc, l’exposé de 5 minutes, etc. Le tout avec professionnalisme et bienveillance, surtout une grande connaissance des concours (questions, jury, attendus…). Je n’aurais jamais réussi seule.

  • Quels sont les conseils que vous formuleriez aux futurs candidats ?

Travaillez plus que moi bien sûr. En dehors des connaissances et des capacités (écrit et oral), le parcours est long, il faut bien s’accrocher et se donner les moyens d’être disponible pendant plus d’un an (entre l’inscription et le résultat final).